Fréquences

Il n’y a plus éloquent que le silence après un assourdissant fracas. Alors, pourquoi tergiverser ? Penser ? Parler ? Vivre ? Faire du bruit. Pour mieux apprécier le silence. Et boire de la musique. Beaucoup. Beaucoup. Beaucoup.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s