Impulsion

Une fois la mort advenue,

il est bien trop tard pour se rendre compte,

que tout a été rendu.

 

Alors,

n’est-il pas,

à chaque instant,

important,

de savourer le prêt de la vie reçue ?

 

Il est dit chez Montaigne que « philosopher c’est apprendre à mourir ».

Cette finitude de l’être pour qui la sait et en note l’importance,

peut donner toute sa pleine puissance à la vie humaine.

 

Sans toutefois donner la carte pour apprendre à vivre.

Une impulsion.

 

Qui respire vit,

qui vit est en vie ;

mais comment ?

 

Au fond, chacun le sait.

 

Seuls les plus courageux fixent la vérité sur eux-mêmes en face.

Et en tirent quelques grandes leçons de vie,

ou de mort.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s