Lettera Amorosa

On se bat toute sa vie à ne pas être les objets du destin. Mon amour, j’ai vu les rouages de près, j’étais moi aussi un rouage. Mon corps me montre ses faiblesses déjà, moi qui me vis comme une machine ; une humaine machine.

Que je me suis trompé mon amour. J’étais en dehors, mon esprit était déjà loin.

Tu me diras que ce n’est pas grave, que c’est comme ça. Le temps passe et le petit enfant s’éloigne de moi, et je pleurs, je pleurs. Je suis dans un état loin du prospère, je sais que mes forces m’abandonnent et que la société rode, qu’elle m’épuise. Que je devrais faire face aux communs encore, encore et encore, à l’infini. Mes plaies ne sont pas béantes, elles sont trous noirs, elles sont torsions, déchirures, ma propre chair ne me suit plus.

Ai-je seulement eu une seule fois le sentiment de savoir qui j’étais ? Non.

Et toi tu ne le sais non plus.

Je suis dans un espace sans temps. On me force à me synchroniser au temps. Je ne suis pas dans le temps. Et déjà je m’essouffle. Je suis essoufflé. Combien de temps encore ? A courir derrière des petits sous, à côté de gens qui se moquent de moi, à vivre dans une société où le lien humain vaut économiquement si peu. Oh, terrible moi-même. Mon amour, j’ai pansé mes plaies, serré les dents et je traîne ce qu’il reste de moi. Avec courage je ramasse mes tripes et mon sang, je me ré-insuffle vie.

Je sais mon Amour, que cela fait bien longtemps que tu ne me comprends plus.

Mon amour, tu sais, si tu n’étais pas là, je ne serais déjà plus là.

2 commentaires sur “Lettera Amorosa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s