P.

Les vagues déchaînées,

en surnombre,

n’eurent jamais finis,

de lessiver l’atmosphère,

 

Jusqu’aux plus solides parties de nos âmes.

 

Nos plus grandes idées,

presque disparues,

n’attendent qu’un peu de soleil,

d’amour maternel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s