Mon enfant, mon enfant

De ses yeux bleus, il se disait objectif.

De mes yeux de plus en plus noirs, je rigolais.

La Fureur régnait. Une catalyse des chocs d’antan. Le prix à payer pour chaque humain. La somme des coups reçu, engoncés au fond du cortex. Microprocesseur.
Le bilan avait été fait, la violence quelle qu’elle soit est de charge exponentielle. Nous sommes faits pour la donner, pas pour la recevoir. Équation insoluble. Porte de sortie ; aimer la douleur. Pas au point de la provoquer. Fondre dessus pour au moins avoir le sentiment de ne pas la subir. On se retire pour mieux exploser au vol.
Lèche la poussière mon enfant.
Étouffe-toi avec la poussière mon enfant.
L’Amour n’est que poussière mon enfant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s