Mensonge

De sa profonde jouissance, celle de l’avoir fait, le pessimiste, ce tragédien, regrette d’avoir brisé l’optimiste. Il se rend compte que son euphorie est enrobée de perversité, l’amenant plus encore vers une grande tristesse ; la négation du bon de la vie, la négation d’un pan de lui-même, sa légèreté.

L’optimiste et le pessimiste se mentent ; l’un pour aller vers la joie, l’autre pour aller vers le Néant.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s