Post 68

Cet attentant a été ce que l’on peut appeler : le choc des cultures. Derrière les caricatures Charlie il y a toute une culture underground de la BD, qui prend une partie de sa source dans le comics américain tel que Crumb le pratiqua, en ce sens c’était totalement révolutionnaire et allait totalement à l’encontre des pratiques rigoristes de certains religieux, de la vision des extrémistes. Mettez-les deux sur le même territoire…et voyez l’impossibilité.

Charlie était taillé pour des gens qui connaissaient bien Hara Kiri, le professeur Choron et qui savaient que derrière le bête et méchant, la provocation, il fallait être armé intellectuellement, avoir un minimum de culture graphique. Malheureusement la BD est souvent reléguée à des petits dessins pour enfants, c’est pourtant certainement l’un des derniers espaces révolutionnaires, celui qui n’est pas censuré en amont par une instance tel que le « Comics Code Authority » le fit milieu du siècle dernier. Les petites vignettes ont toujours eu cette faculté là. Des premiers dessins érotiques partagés sous le manteau les siècles derniers à Maus d’Art Spiegelman.

La couverture avec Stromae m’avait touché mais cela fait partie du jeu et jamais je n’aurais voulu leur mort car dans le fond ce ne sont que de bêtes dessins, comme ils le disent. Aussi en étant touché, cela marquait quelque chose que l’on possède en soi, la sensibilité sur certains sujets par rapport à d’autres, révélateur et amenant à questionnement.

D’ailleurs pour tout dire, je n’ai jamais réellement aimé Charlie, je l’ai toujours trouvé graphiquement vulgaire, grossier, peu fin, cruel aussi. Une question de goût. Pourtant, je l’acceptais car je savais d’où il venait, le prix civilisationnel qu’il a fallu pour avoir cette liberté, aussi c’était un joli pied-de-nez au rouleau compresseur qu’est la culture de masse, celle qui n’est là que pour divertir, conforter le consommateur dans ses propres croyances. De plus il fallait un extrême courage pour attaquer les sujets comme ils l’ont toujours fait, cela flirte avec l’Art Total, de très près.

Cet attentat fut encore un indicateur que nous sommes de moins en moins dans le pays des libertés.

Un jour quand, nous aurons perdu face aux tyrannies, vous vous rappellerez que des gens comme nous furent là, et on fait ce qu’ils ont pu, qu’ils étaient bien seuls, qu’ils ont été lâchement abandonné par la masse qui préféra se soumettre à la peur alors que nous avions largement le pouvoir pour construire quelque chose de plus beau.

On se souviendra que les dessinateurs de Charlie furent assassinés pour des libertés dont ne savions déjà plus jouir.

Mai 68 mort et enterré.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s