Des truelles de Misandrie

Que le ciel et les ténèbres se déchaînent au maximum de leur puissance. Je n’ai, en essence, jamais obtempéré à toute cette parodie. J’ai été bon et serviable avec toutes et tous, et qu’ai-je vu ? Toujours plus de haine, toujours plus de crasse, toujours plus de porcs. Ils dégoulinent, ils giclent, tout ce qu’ils savent faire ; dégouliner, gicler de leur transpiration purulente et leur sperme puant. A bavasser tous satisfaits de leur supériorité.

Et l’Art. Au feu l’Art, désincarné. On en a fini avec la peinture dans la postmodernité, on en a fini avec le Beau, on en a fini avec le sacré. La Poésie. Au feu ! La consommation. Le Divertissement. Hanounaïsés.

Et Les femmes ? Qu’elles se révoltent, aujourd’hui plus personne ne se révolte, ils pensent se révolter mais que font-ils ? Du canapé. Des cris d’arriérés. Le retour de l’obscurantisme de tous côtés. Et ça veut être fort, ça veut être ci, ça veut être ça. Et ce n’est rien. Tout bonnement capable à ne faire rien d’autre que de gueuler et l’esprit s’en va, l’esprit est crevé au bord de la route tel un corps explosé, dégoulinant de tous côtés. Rien d’autre qu’un animal empilé sur l’infini charnier de l’Humanité.

Donnez-leur de la bienveillance et de l’amour, ils vous crèveront.

Ils ont laissé crever Van Gogh.

Ils ont crucifié le Christ.

Ils ont assassiné Modigliani.

Les femmes ne font pas la guerre, et si c’était finalement cela leur problème ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s