Le surhomme est pourri

Pourquoi ne peut-on plus faire confiance à personne ? Car tout est gangrené, du système de santé, à l’agriculture, en passant par les agences de presse. Telle est la démocrature, rien n’y est plus fiable, le mensonge est devenu la norme, des politiciens aux « philanthropes ».

Nietzsche avait pressenti la fin de la force vitale occidentale ; son suicide, sa propre liquidation.Tout se réalise et plus encore. Le surhomme sur lequel il pariait tant, est devenu un réactionnaire consuméro-utilitariste, un psittacidé tout fier de sa vérité…un consommateur-consommant.

Il y a bien là quelques résistants, toujours moins nombreux car c’est un enfer dément qui est à entreprendre chaque jour, loin des petits recyclages de poubelles qui donnent bonne conscience…