Mars

Des milliards de litres de pensées

mutilantes et mutilées,

écrasent l’Avenir promis

d’une paisible et douce vie.

 

Au mois de mars.

Une autre route.

Toute cette crasse,

dénuée de doutes.

 

Un nouveau chemin s’ouvre,

fendu sur lui-même.

Et tu redécouvres,

que cela en vaut encore la peine.

Publicités

Mensonge

De sa profonde jouissance, celle de l’avoir fait, le pessimiste, ce tragédien, regrette d’avoir brisé l’optimiste. Il se rend compte que son euphorie est enrobée de perversité, l’amenant plus encore vers une grande tristesse ; la négation du bon de la vie, la négation d’un pan de lui-même, sa légèreté.

L’optimiste et le pessimiste se mentent ; l’un pour aller vers la joie, l’autre pour aller vers le Néant.

Dante

Je suis allé sur la tombe d’Alighieri. Il me dit. Rigoles-tu encore Atarax ? Vois-tu ton espèce ? Oui ? Non ? Regarde, toi aussi tu en fais partie. Les cercles sont là. Tu ne pourras rien y faire. Il t’a fait beau, grand et fort. Mais cela ne t’a pas empêché de tomber dans la plus profonde mélancolie. Jamais tu n’en sortiras. Sais-tu pourquoi ? Le Monde est en toi. Celui qui aurait dû encore plus !

Va, damné.