Mélodie spectrale

Je ferme les yeux.

La réalité me file entre les doigts.

J’ouvre les yeux.

 

On me dit que j’ai l’air bien.

Je vois des spectres.

Je tremble.

 

L’anxiété me mange, elle n’est jamais repue.

Elle me veut moi.

Quoi que je fasse, elle est là.

Elle me torture. M’électrise. Me tabasse.

 

Pourquoi ?

Je n’ai rien fait de mal.

Est-ce moi ?

Est-ce moi le spectre ?

 

Je tremble.

J’encaisse ses coups.

 

Je tiendrai debout,

acouphènes ou pas.

 

Poupée

Pourquoi philosopher ?

Alors que l’intelligence humaine n’arrivera à perforer,

ce que les plus grands des philosophes n’ont jamais réussi à perforer.

Pour se préparer à mourir ?

Pour vivre dans la clarté ?

Aucun système ne résiste au tragique du monde.

Pas même l’intuitionnisme.

Alors que reste-t-il ?

Le Nihilisme ?

Lui aussi finira par être aspiré de là ou il vient : le presque vide.

L’irrationnel ?

L’instinct ?

La foi ?

Programmation ?

Un pantin,

taillé pour la liberté.

Être

La promenade au milieu de l’être,

n’en fut pas une.

Tant de fois, elle fut misère,

que tu en gardes encore amertume.

Et du cap maintenu.

Malgré les rafales de vent, des maelström.

Tu n’as rompu.

Aujourd’hui, la délivrance t’embrasse.

Tu te dis que cela en valait la peine,

que même l’amertume n’est éternelle.