Brumes

Nous essayons de traverser,

la brume illimitée.

De dépeindre le ciel.

Et bien que les manières diffèrent,

le chemin est le même ;

millénaire.

Petites considérations existentielles : huit

Je suis à un âge dans lequel l’utilité des choses, des actions, n’est plus si importante. La notion d’utilité même m’a échappé ; un retour à l’enfance. Disons que les considérations matérielles, économiques, d’actualité sont d’une banalité écrasante, tellement que j’ai le sentiment qu’elles emportent bien des êtres sur leurs passages. Circulaires, elles les entourent jusqu’à les étouffer. A tel point où certains ne pensent plus, mais finissent plutôt par subir leur propre pensée. Il y a ici quelque chose d’insidieux dans la liberté de penser, atteint de pourriture, quelque chose de vicieux.

La grande autonomie du soi est-elle concevable à partir du moment où nous partons de nous-mêmes, dans un lieu donné, avec une éducation donnée, faites d’expériences vécues? La frontière se situe là ; le fait de dire « je pense librement, j’utilise ma liberté de penser ». Un biais. Une partie des « libres-penseurs » utilisent faits, thèses, et arguments pour défendre un point de vue. Ils n’ont jamais été autre chose qu’eux-mêmes.

Finalement, ils tentent de donner du poids à leur vision du monde, elle-même fruit d’autres visions du monde données par les média, et gens en chaîne (souvent sur les réseaux sociaux). Ils pensent pour eux. La fameuse liberté de penser des fiers ne les ramènent donc qu’au point de départ, et cet affichage qui frise souvent avec l’insolence et le manque de respect pour qui n’a pas la même vision que leur monde, en est une belle preuve. Se pâmer en se disant libre est à la fois immature et irraisonné. Certains vont même jusqu’à dire qu’ils se sont faits tous seuls…Ils sont nés d’une dame vierge ou sorti du cosmos, tétant les fruits des arbres de la forêt…

.Je ne vois là que confort et conformisme ; chaque point de vue est défendable selon l’articulation que l’on donnera à ses arguments et à la dialectique employée.  Puisque les joutes, pauvres joutes souvent, ne servent à rien d’autre qu’à vouloir persuader l’autre, qui lui aussi veut persuader l’autre et ce, sans fin, aucune. Schéma renouvelable à l’infini.

Pourquoi ne pas prendre alors un autre chemin ? Celui de la haute raison ? Nous n’avons pas tous tort, nous n’avons pas tous raison. Il n’y a là que des gens avec des pensées qui s’entendent ou ne s’entendent pas. Leur vision du monde est pourtant là, et existe.

Je parlais de biais plus haut ; il me semble important qu’un libre penseur doit avoir ces questions en tête, elles sont des plus importantes : « Et si je me trompais? Suis-je guidé par ma raison ou par mes émotions? Suis-je guidé par les deux? Par les médias ? Que défends-je? Qu’ai-je à prouver? ».

On n’est jamais autre chose que son propre concept ; tout ce qu’on nous a mis et s’est mis dans le crâne. Du partiel. Encore.

Penser contre soi-même ou ne pas penser.

Pour me fêter

Il te faut ne pas comprendre la vie,
elle deviendra une fête alors. 
Et laisse venir chaque jour,
comme un enfant, en marchant,
de chaque vent,
se fait offrir maintes fleurs. 

Les rassembler, les conserver
ne lui effleure pas l’esprit. 
Il les détache doucement des cheveux
dont elles étaient si volontiers prisonnières,
et tend les mains vers les chères jeunes années,
en en espérant de nouvelles. 

 

Raine Maria Rilke (1904)

Petite machinerie de la joie

La grise vision chaotique,

du journalier médiatique

entache la lumière enfantine.

Poussés à penser cathodique,

les ondes bêta jaillissent.

 

Dans un grand bal d’opinions,

les psittacidés sévissent.

Le but est d’avoir raison,

sans avoir grande raison.

 

Du fond et de la réflexion,

ils ne s’enquièrent.

Emporter la mise,

mettre l’autre par terre.

 

Ô ami, sais-tu à quel point nous sommes loin de cette valse,

elle ne nous est que grotesque et futile.

 

Hors-du-temps,

nous faisons partie du champ de l’universel, du subtil.

 

Forteresse.

Immense forteresse.

D’aspiration mystique.

 

Notre religion ;

l’extase d’un moment banal,

capturé par photo mentale,

et poétisé.

 

Assemblage d’Elixirs mentaux,

faits d’émerveillement,

de non-jugements,

de slaloms hors-concepts.

 

Intrépides,

face au grand vide.

 

Stoïcien, épicurien,

notre destin.

 

Loin des média

se trouve

notre petite Machinerie de la joie.

 

 

 

 

 

 

Remodelage

Pleinement se sentir en vie – comme le dit Nietzsche, il s’agit devenir soi-même ou comme Plotin ; se modeler soi-même. Se déconstruire soi-même, déconstruire le monde, démonter jusqu’à la chose la plus naturelle, la plus évidente. Jusqu’à se rendre compte que comme Socrate « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Emprunter la voie de la modestie devant le grand monde. Arriver aux largeurs des structures, les toucher, sentir les limites de son système, les dépasser ! Par petites touches, sans grande attente immédiate. La sagesse, l’Ataraxie s’atteint sur une certaine longueur.  En pensant non pour soi-même mais contre, se mettre dans des situations inédites.  Se remodeler ! Car avant de nous prendre totalement en charge, les parents le firent.

Marteau

– Ce pauvre garçon n’a rien grande chose. Pourtant, il donne l’impression d’être le plus riche des hommes.

– Voyez donc, cela saute aux yeux. Il ne possède rien. Il n’est donc attaché à rien. Sa liberté est là. Il est lui-même. Voguant vers rien d’autre que le rien.

– Mais alors, allons vivre dans un cabanon !

– Cela n’est si simple. Être dans un état de gaieté permanent, se contenter de peu, demande sérieux et rigueur dans la légèreté d’âme. C’est un sport de combat. Il faut avoir énormément philosopher, et au marteau, pour être comme tel.

– Le but d’un philosophe n’est-il pas de nous faire grandir et non pas de nous faire sentir si petits !?

– Il n’y a aucun but à rien sauf dans ce nouveau sport venu d’Angleterre, je crois qu’ils le nomment Soccer si je ne m’abuse. Mais bref, allons chercher un marteau, il se peut qu’un miracle advienne.

– Saletés de philosophes !